Les arbres, nos alliés santé à peu de frais

À l’heure où la nature se pare de couleurs brillant de mille feux, profitons de son énergie et de ses bienfaits sur notre santé physique et mentale.
 

Durant des milliers d’années, les hommes ont vécu entourés d’arbres et de végétation en harmonie avec la nature. Avec la sédentarité et l’urbanisation, sont apparues des affections telles que le stress, la dépression, les addictions et bien d’autres. Des études scientifiques récentes expliquent comment la nature et les arbres en particulier, agissent sur nous et ont un réel effet sur notre bien- être.

La sylvothérapie : mieux vivre au quotidien
 

Enveloppés de verdure, on se sent bien au contact de la nature. Qui n’a pas rêvé lors d’un moment de stress ou d’un petit coup de blues de flâner au beau milieu de la nature pour respirer l’air pur. Une balade en forêt et nous voilà ressourcés et regonflés à bloc pour affronter le flot de la vie. Pratique ancestrale au Japon, le « Shirin Yoku », traduit littéralement par « bain de forêt », cette activité recèle de véritables vertus physiologiques et psychologiques. 


 

Les bienfaits
 

Des études d’imagerie cérébrale attestent qu’en milieu naturel, une partie de notre cerveau a tendance à baisser d’activité et plus particulièrement la zone correspondant au stress et à l’anxiété, expliquant cette sensation de sérénité qui s’installe au contact des arbres, améliorant ainsi la concentration, l’imagination et l’intuition. On voit également apparaître une baisse significative de la tension artérielle. Le système immunitaire récolte lui aussi les effets bénéfiques des bains de forêt. En effet, des composés aromatiques émanent des feuilles, les phytoncides,qui exercent une action antiseptique et expectorante. De plus, les mousses et les lichens présents en sous-bois absorbent de manière efficace les particules néfastes en suspension, l’air s’en trouve donc purifié. On a tout à gagner à prévoir une immersion en forêt pour fortifier nos défenses immunitaires et se prémunir des
sempiternelles épidémies hivernales !

Où pratiquer ?
 

L’idéal est de se rendre dans une forêt peuplée de grands arbres, beaux et forts. Plus la densité est grande plus les bénéfices retirés sont importants. Pas d’inquiétude toutefois pour les citadins, qui n’ont pas le temps d’aller en forêt, il est tout à fait possible de goûter à cette reconnexion à la nature en allant dans un des nombreux parcs de plus en plus présents au cœur de nos villes. Une simple promenade de vingt minutes en marchant calmement et en conservant l’attention sur chacun de nos pas suffi rait à nous déconnecter de nos préoccupations habituelles.

Choisir son arbre pour retrouver nos racines
 

En pénétrant dans le bois ou le parc arboré, prendre conscience de ce qui nous entoure et laisser aller nos sens en déambulant l’esprit ouvert. Voir ces arbres élancés, sentir cet air pur imprégné de substances aromatiques, entendre le chant des oiseaux, et enfin s’approcher de l’arbre qui nous attire pour le toucher, un peu comme un appel. Un simple contact suffit. On choisira des feuillus pour leur côté relaxant tandis que l’on se tournera vers les conifères pour leur côté vivifiant. Bien choisir sa forêt et son arbre est donc la première étape.

 

Deux techniques principales
 

Enlacez l’arbre, front ou joue contre l’écorce et pieds contre les racines si possible. Fermez les yeux, respirez calmement et pleinement pour ressentir l’apaisement et une douce énergie vous pénétrer. Profitez du moment sans modération le temps qu’il vous plaira. Un autre exercice consiste lui à s’adosser à l’arbre une main sur le bas du dos paume contre l’écorce et l’autre posée contre le plexus solaire (au-dessus du nombril), l’arrière de la tête appuyé contre l’arbre et toujours les pieds entre les racines si possible. Restez cinq minutes dans cette position puis inversez les mains et alternez le jeu autant de fois que voulu

Petite précaution
 

Bien que cette activité ne présente aucune contre-indication connue, l’observation de l’environnement et des végétaux est important avant tout contact. Il faudra se méfier notamment de l’éventuelle présence d’insectes agressifs pour l’homme tels que les chenilles processionnaires, les frelons asiatiques ou encore les guêpes

Le pouvoir thérapeutique de la nature en plein essor
 

La recrudescence de constructions de bâtiments « verts » dans nos villes, la présence d’aménagements paysagers avant même la poussée des immeubles ou encore l’aménagement de bureaux en écrins de verdure sont autant de témoins d’une prise de conscience de notre besoin vital de contact avec le monde végétal. Ne nous privons donc pas de ce cadeau à la portée de tous mais pensons à le préserver pour nous protéger

 NANTES - NÎMES - GRENOBLE - LILLE - HAUTS-DE-FRANCE - BORDEAUX - TOULOUSE - PARIS - MARSEILLE - AVIGNON PERPIGNAN - TOURS - LE MAN - CLERMONT-FERRAND - BÉZIERS - TOULON - LILLE - MONTPELLIER - FRANCE